Run in Savoie

22 mai 2010

Le Petit Savoyard 2010

Filed under: Courses — Mots-clés :, , , , , , , — Laurent @ 17 h 57 min

rideau-p1180255Les photos de notre tour des Bauges ne sont pas encore toutes traitées, mais je ne résiste pas à vous montrer la belle course à laquelle nous avons participé aujourd’hui : Le Petit Savoyard, au départ de Cruet, où se courait également une autre épreuve mythique : Le Grand Raid 73, parti à 5h, et dont on a pu applaudir l’arrivée des premiers aux alentours de 14h (voir dernières photos ci-dessous). Un grand bravo à eux.

Pour le commun des mortels, c’était plutôt 23 km (non pas 73…) et 1450 mètres de dénivelés (non pas 5000 !!!) qu’il fallait parcourir, sachant que l’APA possédait un avantage de taille : celui de jouer à domicile. En effet, pour nous autres de Saint-Pierre d’Albigny (10 minutes en voiture) Cruet est clairement l’un de nos terrains de jeu favoris, d’ailleurs un article précédent montre notre entrainement récent sur ces terres.
Après une montée relativement costaude jusqu’au sommet de La Savoyarde / La Roche du Guet (alt. 1209 m) au cours de laquelle un fort encombrement de coureurs nous fera préférer la marche à la course (la bonne excuse) nous débouchons sur un passage un peu roulant pour atteindre le lac de la Thuile où nous attend un premier ravito. Nous longeons quelques instant le lac, qui est superbe, mais je m’abstiens de faire des photos, car j’ai quelques connaissances en ligne de mire et cela ne me laisse pas une seconde de répit. Puis ça repart en course de cote jusqu’au col du Marocaz. Là, nouveau passage en sous-bois, très roulant mais toujours encombré, cette fois par des concurrents sans dossard et qui trichent en coupant dans tous les sens : des chèvres ! Le troupeau nous suivra jusqu’en bas. Je détiens une petite vidéo sympa montrant comment doubler 5 chèvres qui descendent à plein tube sur un sentier : pas facile car elles vont vite, les garces ! Le second ravito nous attend à Montlambert où des prémices de crampes et une descente assez dure (terrain très sec, ça change radicalement de ce qu’on a connu il y a une semaine) me dissuadent une fois encore de dégainer l’appareil. Dommage, car en ce haut lieu du parapente, le ciel est constellé d’ailes colorées et le déco est bondé…

Pas déçu d’arriver après 3h09 de course car pour moi, comme pour d’autres, les crampes sont vraiment très proches.

J’avais dit que je n’emmènerais pas l’appareil, mais après avoir loupé des images magnifiques à faire autour de Saint-Pierre sur notre dernier entrainement mercredi soir, j’ai finalement décidé de ne plus faire l’impasse. Au minimum, je prendrai toujours un compact comme le Lumix TZ5, qui ne s’en est pas trop mal sorti, je trouve, notamment grâce à la stabilisation optique (indisponible sur le GF1 avec l’optique 20mm malheureusement…)

Powered by WordPress